L'analyse du parcours d'un triathlon

La saison des compétitions en triathlon est enfin arrivée! Voilà donc venu le moment d’adapter le programme d’entraînement, la motivation, la préparation ainsi que les objectifs à court terme.

Au cours de l’hiver et de la phase pré-compétitive, absorbés par notre préparation physique, nous avons tendance à n’accorder que peu d’importance aux autres aspects de la préparation. Or, notre préparation, non plus physique, mais “théorique”, intellectuelle ou stratégique est un facteur déterminant pour notre réussite sur un triathlon.

Je suis actuellement en pleine préparation pour un tri qui a lieu ce dimanche! Et à cette occasion, j’ai décidé de partager dans cet article une habitude que j’ai prise avant chaque triathlon…

L’analyse du parcours d'un triathlon!

l'annalyse du parcours de mon triathlon

 

Analyser le parcours du triathlon auquel on va participer, avant de prendre le départ, a selon moi un réel impact positif sur nos chances de terminer la course… et ce avec un bon résultat en primeClignement d'œil.

Très bien mais…

 

Qu’est-ce que je vais précisément gagner à analyser le parcours de mon triathlon?

 

Question très pertinente et probablement celle qui nous intéresse le plusSourire

On pourra toujours détailler davantage mais voilà déjà une volée de raisons séduisantes :

- On a une idée générale de la course, du lieu et des conditions auxquelles on pourrait s’attendre.

- On sait où on va nager et la natation étant la première discipline, sa gestion devient donc primordiale! Un bon départ nous place dans une excellente dynamique mentale pour la suiteClignement d'œil.

- On prend conscience de la difficulté du parcours, surtout avec le dénivelé qui va impacter grandement cette longue partie d’un triathlon qu’est le vélo!

- On a une première visualisation des situations charnières d’un triathlon telles que les transitions, souvent sources de stress (gestion de l’entrée et de la sortie du parc, changements d’habits ou accessoires, peur d’oublier quelque chose,…) ou encore des endroits “à risque” du parcours (première bouée en natation, grosse côte, grande descente, virages serrés,…)

En bref, on arrive plus serein et mieux préparé le jour-J, gage d’une meilleure courseSourire.

 

Que peut-on analyser sur un parcours de triathlon?

 

Une fois qu’on est face à la carte du parcours et aux schémas de l’organisation, encore faut-il savoir ce qu’on peut en retirer. Vous remarquerez vite que certains organisateurs aiment être très précis sur les informations qu’ils donnent aux athlètes! Alors que dans d’autres cas, vous recevez à peine un email de confirmation d’inscription puis c’est tout… Donc, selon les cas, voici ce que vous pourrez analyser :

 

    - le parcours “natation” :

> le type de plan d’eau : lac, canal, rivière, mer, piscine… Pour chacun d’entre eux, nous devrons prendre en compte la température de l’eau (nage en combinaison ou pas), le courant (dans le sens ou à contre-sens), les vagues (grandes ou petites), le sel marin, la largeur du lieu (départ serré et donc plus agité),…

> le type de parcours : 1 boucle, plusieurs boucles, sortie à l’australienne (sortie du plan d’eau sur une courte distance avant de replonger pour la suite), 1 aller-retour, course d’un point A à un point B…

> le positionnement de la ligne de départ et la distance à parcourir, car il y a parfois des différences entre deux parcours appelés “distance sprint” (pouvant par exemple varier entre 400 et 750 mètres selon les organisations)

 

     - le parcours “vélo” et “course à pied” :

> la physionomie du parcours : dénivelé, cols, pourcentage des pentes…

> le type de parcours : 1 boucle, plusieurs boucles, course d’un point A à un point B…

> l’emplacement des ravitaillements : assez réguliers sur le parcours à pied, leurs emplacements sont plus espacés à vélo et donc d’autant plus stratégiques sur les longues courses pour gérer son hydratation et sa nutrition (en bas/haut d’un col, à la fin d’une boucle…)

 

     - le site (facultatif mais régulièrement précisé sur les grandes compétitions) :

> le lieu d’enregistrement et de retrait du dossard

> les aires de transition (T1-T2)

la “prison” ou “penalty box” si on écope d’une pénalité avec un arrêt à faireTriste

> le reste de la zone dédiée à l’évènement dont l’aire d’arrivée pour nos chers supportersClignement d'œil, la zone médicale, l’accès au parking, le “village expo” (petits “shops” représentant diverses marques de sport où l’on peut, par exemple, acheter du matériel pour la course en dernière minute ou faire l’une ou l’autre bonne affaire),…

 

Où trouver les parcours d’un triathlon?

 

Le monde d’aujourd’hui regorge d’informations sous tous les formats alors vous finirez par trouver ce qu’il vous faut :

- sur le site internet de l’organisation (onglet “course”, “parcours” ou “organisation” ou encore “athlètes”)

- dans la brochure de l’évènement ou “de publicité”

- sur internet (forums de triathlon, témoignages d’anciens “finishers”, recherche google…)

- via le bouche-à-oreille (membres du club, amis, anciens finishers…)

- sur le terrain en vous rendant vous-même sur les lieux avant la course (plusieurs semaines avant pour une réelle préparation sur le parcours reconnu ou quelques jours avant le départ pour un repérage plus rapide)

 

A noter qu’il n’y a rien de tel que de se rendre sur place plusieurs semaines avantClignement d'œil! Cela permet de prendre déjà connaissance du site, du plan d’eau (y effectuer une petite séance en eau libre si possible) et des parcours vélo + course à pied. Avouons qu’il est souvent compliqué de mettre cela en place avec nos vies quotidiennes… alors pourquoi pas sur notre grand défi ou notre plus gros objectif?

Vous découvrez ci-dessus, en photo, le parcours vélo de l’Ironman Vichy 2015 que j’ai réalisé pour mon défi après 1 année de triathlon! En tant que kinésithérapeute, j’ai eu l’opportunité de choisir un contrat de remplacement de plusieurs semaines dans une petite ville du coinSourire. Deux mois avant le jour-J, j’ai donc pu effectuer tous ces repérages à plusieurs reprises lors de mes weekends et après-journées de travail au cabinet.

En plus de découvrir une région que je ne connaissais pas, de rencontrer des collègues passionnés et de vivre une nouvelle expérience pro, j’ai eu la chance de m’entraîner dans des superbes conditions estivales sur le parcours que j’allais dévorer durant 10h30 quelques semaines plus tardClignement d'œil! Nul doute que cela m’a aidé pour poursuivre la fin de ma prépa, en connaissance de cause, et donc gérer au mieux ma course du 30 août 2015, haute en couleurs et en températureRire!

 

Souvenez-vous qu’1 homme averti en vaut 2… et en triathlon, ça paye sur la course!

 

Alors bonne analyse de votre parcours et célébrons la magie du triathlonSourire,

Francois Kartheuser   François Kartheuser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© Mon Coach de Triathlon 2020 - Tous droits réservés
Propulsé en Belgique avec une patate d'enfer
Top

MASTERCLASS OFFERTE | Comment arriver en TOP forme le jour J de ton objectif en triathlon